OPERATIONS PROPOSEES

Chirurgie Vasculaire

Le Docteur Aristote PANOS est également FMH en chirurgie vasculaire. Il est référant pour la chirurgie vasculaire à la Clinique La Colline et prend en charge toute la pathologie vasculaire chirurgicale en appliquant les dernières techniques conventionnelles et endovasculaires (stent).
 
1. Chirurgie des Carotides
2. Chirurgie de l’Anévrysme de l’aorte abdominale
3. Chirurgie des Varices
 

Chirurgie de l’artère Carotide


L'artère carotide commune naît de l'aorte et monte dans le cou. Elle se divise, à la partie moyenne du cou, en deux artères, la carotide interne et la carotide externe. 
 
•  La carotide interne irrigue le cerveau
•  La carotide externe irrigue, le cou et le visage
•  Le segment de la carotide comprenant la terminaison de la carotide commune et l'origine de la carotide interne et de la carotide externe s'appelle la bifurcation carotidienne (cf. schéma)

•  C'est à ce niveau que se forment, le plus souvent, les plaques d'athérome responsables des sténoses de la carotide. 



La maladie athéromateuse (artériosclérose) est à l’origine de l’immense majorité des lésions carotidiennes. La plaque athéromateuse consiste en un dépôt dans la paroi de l’artère de graisses (lipides), de tissus fibreux et de  calcaire. Ces plaques athéromateuses se développent surtout au niveau des bifurcations (divisions artérielles) en raison des turbulences du flux sanguin. Chez l’homme la bifurcation carotidienne est située au niveau du cou, environ sous l’angle de la mâchoire.
 
Cette plaque d’athérome, peut se compliquer en se fracturant  ou se fissurant, et entraîner soit une embolie cérébrale soit une occlusion de l’artère (thrombose). 
 
La maladie athéromateuse est favorisée par les facteurs de risque cardio-vasculaire : tabac, hypertension artérielle, anomalies lipidiques (cholestérol, triglycérides), diabète, sédentarité, alcool.


La sténose carotidienne peut être asymptomatique (n’entrainer aucun symptôme)

et découverte au cours d’un examen médical par votre médecin généraliste ou par un médecin spécialiste (angéiologue, cardiologue).

La présence d’un souffle carotidien à l’auscultation doit faire penser à un rétrécissement carotidien et faire pratiquer un écho doppler. C’est parfois lors d une échographie faite pour voir la glande thyroïde que l’on sera amené à faire le diagnostic.


La sténose carotidienne peut être symptomatique
avec des manifestations regroupées sous le terme d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Il peut s’agir d’un accident ischémique transitoire (AIT) régressant sans séquelle en moins de 24 h ou d’un accident constitué entraînant des séquelles plus ou moins importantes. Les manifestations cliniques sont en rapport avec la localisation et l’importance du territoire cérébral atteint.

Le Traitement Chirurgical:

La chirurgie n’est envisagée que lorsque le rétrécissement de l’artère est supérieur à 70 %, ou chez les patients ayant présentés un Accident Ischémique Transitoire (AIT) ou un AVC.

Le but du traitement chirurgical est d'enlever la plaque d'athérome avec ses débris et ses caillots qui obstruent la carotide. Cela s'appelle une endartériectomie carotidienne. Bien que l’endartériectomie carotidienne soit de loin la technique la plus classique et la plus couramment utilisée, elle comporte plusieurs variantes et n’est pas la seule solution de reconstruction carotidienne (endartériectomie par éversion, pontages carotidiens..). Dans certains cas, selon les données des examens, permettant d’apprécier les circuits de suppléance (écho-doppler, angio IRM), devant la crainte d’une tolérance mauvaise au clampage,nous procédons à la mise en place d’une dérivation temporaire  (shunt)

L’Intervention Carotidienne:

Avant l'intervention, le patient reçoit une prémédication de façon à diminuer son anxiété et à lui permettre d'être détendu. Il est alors mené en salle d’intervention.

L'anesthésie

L'anesthésie est soit :

Locorégionale (Bloc cervical) L’anesthésie est faite au contact de certains nerfs du cou ce qui insensibilise la zone chirurgicale seulement. Le patient est  bien détendu grâce à un sédatif,  mais il respire normalement sans intubation, et reste conscient. Il est, de ce fait, facile de vérifier s'il tolère bien l'interruption du flux sanguin dans la carotide au moment du clampage nécessaire pour faire l'endartériectomie.

Générale le patient est endormi complètement. Cette anesthésie est la plus souvent utilisée, lorsque le patient souhaite ne rien voir et ne rien entendre, et que l’évaluation des suppléances intra cérébrales est bonne (tolérance à l'interruption du flux sanguin).

L’Intervention:

Elle débute par une incisiondu cou afin d'aborder la bifurcation carotidienne. Successivement la carotide primitive, la carotide externe et la carotide interne sont isolées et repérées. L'anesthésiste injecte, dans la perfusion, lorsque le chirurgien le demande, de l’héparine (un produit anticoagulant pour fluidifier le sang). Le chirurgien interrompt alors la circulation dans les trois artères repérées à l’aide de trois clamps. C’est le clampage (un clamp est un instrument métallique qui permet de pincer l'artère, sans la traumatiser, de façon à empêcher le sang de circuler).

Sous anesthésie locorégionale, l'anesthésiste demande au patient qui est conscient et somnolent de lui serrer la main pendant environ une minute. Cela permet d'être certain que le cerveau reçoit bien le sang par les suppléances (l'autre carotide et par les artères vertébrales) pendant l'opération. Si le patient ne serre pas bien la main, ou ne répond plus aux questions, on met en place un shunt (tuyau dans lequel le sang va continuer de circuler pour alimenter le cerveau pendant le clampage). La carotide est ouverte en regard de la sténose, et l’on procède à l’endartériectomie. On enlève avec une spatule, la plaque d'athérome et tous les débris de façon très soigneuse. l'artère est ensuite refermée minutieusement à l'aide d'un fil très fin et très résistant. un patch est parfois utilisé pour élargir l’artère en la fermant.



La circulation étant rétablie dans la carotide. On ferme ensuite les tissus et la peau en laissant un drain de Redon, qui sera retiré le lendemain de l'opération.  


Les Suites Post-Opératoires:

Après l'intervention le patient se réveille et reste deux heures environ dans l'unité de surveillance du bloc opératoire Il est ensuite transféré dans l'unité de pour passer la première nuit. Un repas léger pourra être pris le soir et la surveillance portera essentiellement sur l’état neurologique et la pression artérielle. Le lendemain matin, le patient peut prendre son petit déjeuner, se lever et faire sa toilette. La durée de l’hospitalisation n’excède pas 1 à 2 jours en moyenne. Les soins postopératoires sont très simples, et le traitement antiagrégant plaquettaire (Aspirine ou Plavix) très souvent prescrit avant l’intervention est repris.

 

Chirurgie de l’Anévrysme abdominal 


L'aorte est la plus grosse artère du corps humain. Elle part du coeur en formant une courbe (c'est la crosse aortique), et propulse le sang oxygéné vers l'ensemble du corps. Cette artère est divisée en deux parties : l'aorte thoracique et l'aorte abdominale. L'aorte se subdivise au niveau abdominal en deux artères iliaques puis fémorales, une pour chaque jambe.

L'aorte a normalement un calibre régulier et des bords parallèles. Sa paroi comprend trois couches, celle du milieu à la particularité d'être élastique. C'est ce qui permet à l'aorte de se dilater, puis de se rétracter chaque fois que le cœur propulse du sang. Mais cette propulsion de sang est aussi à l'origine d'une forte pression subie par cette paroi. Du coup, si une maladie affaiblit la partie élastique de l'aorte, sa paroi va avoir tendance à se dilater progressivement et former une poche, c'est l'anévrisme aortique. Une fois formé, l'anévrisme va augmenter de taille de manière progressive. Plus l'aorte se dilate, plus sa paroi est fragile, et plus elle a tendance à se dilater. Si l'anévrisme n'est pas traité à temps, il risque de se rompre et provoquer une hémorragie gravissime.

Pour opérer un anévrisme de l'aorte, il existe deux techniques opératoires qui seront choisies en fonction de la gravité et la localisation de l'anévrisme.

La méthode chirurgicale conventionnelle qui nécessite d'enlever l’anévrysme après clampage de l'artère. Le segment de l'artère malade sera remplacé par une prothèse.

La méthode endovasculaire durant laquelle le chirurgien n'ouvre pas le patient mais passe par l'artère de la cuisse pour placer une prothèse dans l'artère au niveau de l'anévrisme. C'est une technique beaucoup moins invasive.

Varices 


La chirurgie des varices est la deuxième intervention la plus pratiquée après la cataracte. Il existe plusieurs techniques chirurgicales. La technique chirurgicale proposée doit être adaptée à chaque personne. Elle dépend du bilan de la maladie veineuse, de la taille des varices et des résultats de l’écho-Doppler.

 

Stripping:

Le stripping (variscectomie) concerne les veines de gros calibre : cette intervention consiste à enlever la ou les veines atteintes. Le stripping s'effectue sous anesthésie générale ou péridurale. L'intervention nécessite une hospitalisation de très courte durée, d'une à deux journées environ.

Avant opération: Obligation de se raser depuis le pubis jusqu'au pied. Le matin avant l’opération on vous montrera comment vous laver avec de la bétadine.

Suites opératoires: Il est possible de remarcher dès le lendemain. Le port des bas de contention élastique est indispensable après l'opération. Un arrêt de travail de 3 semaines est généralement prescrit. Possibilité d'une hyperesthésie (hyper-sensibilité) au niveau de la cheville ou de la jambe. Cela peut durer quelque jours, semaines, mois, années. Les bas de contention réduisent cette sensation.

Phlébectomie ambulatoire: La veine atteinte est extraite segment par segment en effectuant plusieurs incisions sur la jambe. Cette méthode, destinée aux veines superficielles, s'effectue sous anesthésie locale et ne nécessite pas d'hospitalisation.

Une lame de bistouri fine comme une aiguille intra-musculaire et un crochet suffisent pour effectuer une mini-incision de quelques millimètres et retirer la veine. Aucun point de suture n'est nécessaire.

Join us in
facebook
youtube
linkedin
Contactez
Centre de Chirurgie Cardiaque et Vasculaire Robotique et Mini-Invasive
Av. de la Roseraie 76A
1205 Genève - Suisse
Tel +41-22-3476420
Email Address
© 2017 All rights reserved
Site by overron  |   incom cms  |   web promotion